À compter du 1er mars, votre portfolio évolue et devient payant. Tarif de lancement : 0,99 euro par mois ➜ En savoir plus
#26

Cédric Motte

#TransparenceCHU : l’union fait l’enquête en PQR

13/02/2020

Mi-janvier, les titres de presse locale ont affiché le même sujet en Une de leurs éditions papiers à travers la France. Cette grande enquête baptisée “Transparence CHU” a été construite à partir du site d’open data du gouvernement, Transparence Santé. L’intérêt de ces masses d’informations recensant les liens d’intérêts entre médecins et laboratoires pharmaceutiques avait été repéré par Frédéric Sallet, journaliste de Sud-Ouest. Le collectif Data + Local s’en est emparé et a convaincu les directions des journaux régionaux d’unir leurs forces pour sortir cette enquête d’envergure.Notre invité, Cédric Motte, est le coordonnateur de cette grande opération. Ce journaliste passionné de data est aujourd’hui directeur des produits digitaux et du développement éditorial du groupe de presse Centre France. A l’automne 2017, il a lancé le collectif Data + Local convaincu de la nécessité de la collaboration entre les rédactions et aussi de l’intérêt de s’inspirer d’autres pratiques comme celles des développeurs. Et c’est sur le groupe Slack de Data + Local que s’est construite l’investigation collaborative “Transparence CHU”. À surveiller : dans la perspective des municipales, le collectif a lancé un grand questionnaire “Si j’étais maire” pour tenter de faire émerger les préoccupations des citoyens à travers la France.

Pour aller plus loin

L’enquête #TransparenceCHU sur le site de La Montagne

Cette enquête se fonde sur le site Transparence Santé

Le site du collectif Data+Local

Le making-off de l’enquête #TransparenceCHU sur le site de La Montagne

L’interview de Cédric Motte sur le blog de Samsa

Dans l’épisode 7 d’A Parte, la journaliste Rozenn Le Saint raconte comment elle utilise elle aussi la base Transparence santé pour mener des enquêtes dans le monde médical.

L’essentiel de l’épisode

[00:03:57] C’est Frédéric Sallet de Sud-Ouest qui a repéré auprès du CHU de Bordeaux des anomalies et, fin septembre - début octobre, a contacté les membres du collectif Data+local qui regroupe les journalistes installés dans la rédaction de la presse quotidienne régionale. A partir de là, chaque journaliste lève la main d'une certaine manière dans le groupe Slack pour manifester son intérêt. Et donc là, Fred nous a fait passer un jeu de données qu'il avait récupéré de Transparence Santé qui est un site tout à fait public. A partir de là, on a commencé chacun à gratter les données.

[00:06:53] En fait, d'une certaine manière, appeler ça Transparence Santé, c'est un peu, voire complètement, survendu dans la mesure où il n'y a aucun contrôle de la transparence. C'est du déclaratif. Certains CHU n'étaient jusqu'à maintenant pas équipés de comité de déontologie sur ce sujet. Ils en ont potentiellement un sur les aspects médicaux, mais pas forcément sur cet aspect “financier”. Et donc, les effets de cette enquête dans certains CHU, ça a été de se dire qu’il était peut-être temps de s’équiper d'un comité de déontologie sur ces sujets-là.

[00:08:20] Il y a eu une prise de conscience de la limite des procédés et des processus actuels sur cette histoire de transparence, de liens d'intérêts entre les médecins et les labos, notamment.

[00:11:27] Là ce qui est un peu nouveau et ce qui nous a particulièrement intéressé, c'est que l'enquête a largement dépassé le simple domaine du datajournalisme. Dans certaines rédac, ce n'est pas juste le datajournaliste qui a fait ça dans son coin avec ses fichiers Excel. Ce sont des équipes entières avec des journalistes “classiques” qui sont allées mener l'enquête, c'est-à-dire ont fait des rendez-vous, des interviews avec les médecins, les CHU, les laboratoires… Les rédactions se sont emparés du sujet et l'ont traitée comme un objet journalistique et pas comme juste une production de datajournalisme. C'est une enquête journalistique, en l'occurrence basée sur des données. Et donc, comme toute enquête journalistique qui a une importance, elle a fait la Une.

[00:13:44] Le collectif Data + local est un collectif de datajournalistes, donc ce sont des journalistes au sens le plus pur du terme qui ont un défaut - ou une qualité - qui est d'adorer plonger dans des fichiers Excel ou des bases de données pour repérer des anomalies, ou faire des moyennes, ou faire des médianes, et essayer, à partir de ces chiffres-là, de trouver des histoires à raconter ou des enquêtes à mener.

[00:18:21] C’est vraiment cette idée que je porte en moi que la collaboration et le fait de bosser ensemble, et en l'occurrence en s'inspirant des pratiques d’autres métiers, va nous permettre d'aller plus loin, mieux, différemment. En tout cas, de renouveler une pratique journalistique qui, manifestement parfois, a tendance à ne plus forcément rencontrer son public.

[00:24:08] On travaille sur un questionnaire autour des municipales qu'on a commencé à réfléchir ensemble en juin 2019 à Bordeaux pour un des événements de Data + Local à Sud Sud-Ouest. Le questionnaire s'appelle “Si j'étais maire”. Sud-Ouest l’a publié. Nous on est en train de l’avoir. D'autres titres sont en train de regarder leur utilisation potentielle de ce questionnaire-là. Et on verra si on a la possibilité d'exploiter les données qui sont fournies là-dedans pour voir si, par exemple, les villes d'une même strate, qui ont entre 10 et 20.000 habitants par exemple, ont toutes la même problématique de médecins ou de transports...

Crédits

Réalisateur.rice.s : Elise Colette et Jean-Baptiste Diebold

Réalisation et post-production : Raphaël Bellon

Design graphique : Benjamin Laible

Communication : Laurie Lejeune

Générique et habillage sonore : Boris Laible

Production : Ginkio