Thomas_Hiahiani

Thomas Hiahiani

Journaliste Indépendant
Toulouse, France

Journaliste Indépendant, je me suis formé sur les reportages longs formats/documentaires en podcast. Spécialisé sur les sujets sociaux, je reprends mes études pour me spécialiser dans le journalisme scientifique. J'interviens dans les écoles primaires et réalise des ateliers d’éducation aux médias.

Expérience

Radio Parleur
Campus Fm Toulouse
A2PRL

Formation

Université Toulouse Jean-Jaurès Université Toulouse Jean-Jaurès
Campus Fm Toulouse
Sous Tes Yeux | Campus Fm Toulouse

Des pêcheurs au Sénégal

28-11-2017

Bougouma pêche en apnée, Issa chasse le poulpe, Sadia dirige une équipe de pêcheurs. Les femmes vident et vendent le poisson, Tal fabrique des pirogues... Au Sénégal, 600 000 personnes vivent du commerce halieutique, partagés entre pêche artisanale et pressions internationales. Avec Maud Calves

Campus Fm Toulouse
Sous Tes Yeux | Campus Fm Toulouse

Les Mouvements Hackers

06-03-2018

Un reportage au coeur du numérique, à travers l'image fantasmée du pirate informatique. Qui sont ces hackers et comment ce mouvement s'est-il développé jusqu'à aujourd'hui? Plongez entre utopie technique et nouvelle « grammaire du travail »... Un reportage de Karim Rihani et Thomas Hiahiani

Radio Parleur
Campus Fm Toulouse

Mohamed, réfugié syrien : l'espoir de la révolution, l'enfer de la prison

28-03-2019

Mohamed est syrien. Son pays vit une interminable guerre. Il raconte ses luttes, la révolution, la prison, les tortures. Un témoignage exceptionnel.

Radio Parleur
Radio Parleur

Récit d'exil : Elisabeta, Albanaise et militante au Droit au logement

05-07-2019

Écoutez le récit du voyage en France d'Elisabeta, jeune albanaise et militante du DAL, et de sa longue bataille pour arriver à s'y installer.

Radio Parleur
Radio Parleur

15 jours de colère pour la Cimade au Centre de rétention du Mesnil-Amelot

31-07-2019

Depuis le 15 juillet, la Cimade a quitté le centre de rétention du Mesnil-Amelot pour dénoncer les conditions d’enfermement de personnes détenues. Ils ne veulent pas être complices de la maltraitance institutionnelle.